Le neurofeedback arrive à Caen

Originaire des États-Unis, le neurofeedback arrive à Caen. Cette méthode douce agit sur le cerveau pour améliorer ses performances.

09/10/2012 à 15:41 par Administrateur

Christiane Koeppel est la première praticienne de neurofeedback à Caen.
Christiane Koeppel est la première praticienne de neurofeedback à Caen.

Installé confortablement dans un fauteuil, le moment est propice à la relaxation. L’ambiance est cosy, la grande pièce très lumineuse. Un écran relié à un ordinateur enregistre, grâce à des électrodes, l’activité électrique de votre cerveau pendant que vous écoutez de la musique.

Lors de la première séance, vous devez remplir un questionnaire : Comment vous sentez-vous aujourd’hui ? Qu’attendez-vous du neurofeedback ? « Cela permet de suivre l’évolution des personnes au fil des séances qui durent chacune 33 minutes. Il ne s’agit pas de faire de la psychologie mais de constater les bénéfices concrets au quotidien. La durée des cures est variable », précise Christiane Koeppler, ex-cadre dans les ressources humaines devenue praticienne en neurofeedback après l’avoir testé avec succès.

Microcoupures sonores

« C’est une méthode douce, originaire des États-Unis, mise en place dans les années 70 pour prévenir les crises d’épilepsie. Elle consiste à mesurer l’activité électrique du cerveau pendant qu’on écoute de la musique. Lorsque le logiciel enregistre des turbulences ou des variations dépassant la moyenne de 250 neurones en activité par seconde, il interrompt la musique de manière à peine perceptible. Ces microcoupures sonores appelées feedback entraînent le cerveau à s’autoréguler. »

Le neurofeedback est réputé pour soulager les troubles du sommeil, les maux de tête, les acouphènes, l’anxiété, l’hyperactivité, etc. « On y gagne en concentration et en efficacité sur le plan personnel et professionnel », affirme Christiane Koeppler qui exerce à Vire et vient d’importer la méthode à Caen. Les sportifs en sont friands.

Pour l’association Neuf de cœur, parrainée par le footballeur Jean-Pierre Papin, qui vient en aide aux familles d’enfants atteints de lésions cérébrales, c’est une des approches complémentaires au parcours de soin classique. Elle va même jusqu’à proposer des indemnisations pour financer le recours à ces séances. Car, bien entendu, le neurofeedback n’est pas remboursé par la sécurité sociale !

Pratique. 50 euros la séance. Tél : 06 37 95 00 63. Plus d’infos sur www.institut-neurofeedback.fr.

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne gratuitement

Votre journal cette semaine