Immobilier à Caen : vendre et acheter au juste prix

Prix de l'immobilier variable, transactions et taux d'intérêt en baisse... Comment s'y retrouver ? Côté Caen a interrogé le notaire, Jean-Michel Boisset, pour obtenir des conseils.

Dernière mise à jour : 22/01/2013 à 17:36

P17-immobilier.jpg

À quel prix faut-il mettre en vente ?
Surestimer sa maison ou son appartement est un mauvais calcul. Le bien sera finalement vendu moins cher parce qu’il restera en vente trop longtemps. Les propriétaires devront finalement baisser le prix. S’il est mis en vente au juste prix, il se vendra plus vite et mieux.

Comment estimer son bien ?
En faisant appel à un professionnel ou sur le site internet des notaires où l’on trouve un outil permettant d’estimer son bien. Cela permet au propriétaire de mettre en vente son bien au juste prix.

Dans quels délais peut-on vendre son appartement ou sa maison ?
Si le bien est au juste prix, il faudra trois à six mois pour le vendre. S’il s’agit d’un bien très recherché, il peut être vendu en trois jours. Au-delà de six mois, cela signifie que le bien est au-dessus du prix du marché.

Faut-il avoir peur de la baisse des prix du marché de l’immobilier ?
Non, pas pour une résidence principale. Lorsqu’on fait un premier achat, c’est généralement pour revendre et racheter plus grand ensuite.

Est-ce le moment d’acheter ?
Oui, les taux d’intérêt n’ont jamais été aussi bas. Pour quelqu’un qui n’a encore rien acheté, c’est le moment pour lui de s’inscrire dans le marché de l’immobilier. Mieux vaut des taux bas que des prix bas.

Quel bien faut-il acheter ?
Un bien qui correspond à vos besoins pour les sept à dix ans à venir parce qu’il ne faudra pas vendre avant. Il ne faut pas hésiter à visiter plusieurs appartements ou maisons pour se rendre compte du prix du marché, même des biens au-dessus du budget qu’on s’est fixé et faire une proposition. Qui sait, le vendeur acceptera peut-être.

Le marché de l’immobilier à Hérouville, Mondeville et Fleury-sur-Orne se porte très bien. Pourquoi ?
Ce sont des villes où il y a eu beaucoup de renouvellement urbain avec de nouveaux services. Leur image évolue.

Que va-t-il se passer cette année ?
Pour l’instant, on ne peut rien dire au regard de l’attentisme que l’on constate. On peut néanmoins s’attendre à une petite baisse du marché de l’immobilier. Et la baisse des prix pourrait être accentuée si les taux d’intérêt remontent.

 

Zoom sur le prix des appartements anciens, à Caen ?

À Caen, les quartiers les plus chers, situés dans l’hyper-centre, souffrent plus de la baisse des prix du marché, selon une étude réalisée, par Notaires de France – Perval, pour les appartements anciens entre le 1er octobre 2011 et le 30 septembre 2012. À l’inverse, les quartiers qui bénéficient de nouveaux services s’en sortent bien. Par exemple, la rive droite de Caen où va voir le jour le centre commercial des Rives de l’Orne.

Les hausses :
• Ouest de Caen : 2 164 € (+12,12 %).
• Théâtre, Saint-Jean, Le port : 2 220 € (+1,8 %).

Les baisses :
• Château et préfecture : 2 596 € (- 6,1 %).
• Haie Vigné, Bon-Sauveur et Beau Site : 1 894 € (-16,9 %).
• Verte vallée, université, Saint-Julien et Jardin des plantes : 2 258 € (-13,2 %).
• Nord de Caen : 2 167 € (-6,2 %).
• Méridien – Saint-Paul – Saint-Nicolas – Authie Sud : 1 972 € (-5,3 %).
• Sud de Caen : 1 842 € (-1,9 %).
• Pierre Heuzé – Lebisey – Calmette – Saint-Gilles – Saint-Jean Eudes : 2 275 € (-0,2 %).

Pratique. Le salon de l’immobilier aura lieu le 25, de 14h à 19h ; les 26 et 27 janvier, de 10h à 19h, au Parc des expositions, à Caen. Entrée libre.

  1. JM Boisset
    26 janvier 2013 15:34
    L'article fait un peut trop un raccourci entre la baisse qui n est pas vraiment un souci si vous rachetez plus grand et les taux bas actuel qui soutiennent le marché immobilier.
  2. Flouch
    24 janvier 2013 01:14
    Joli publi reportage...

    Ca parle de secteurs "qui se portent bien" dans l'interview, mais les chiffres des notaires montrent juste en dessous que quasiment tous les secteurs de l'agglo se cassent la figure, ca sort des énormités comme "mieux vaut des taux bas que des prix bas" (ca ne peut être qu'une faute de frappe tellement c'est peu crédible dans la bouche d'un notaire compétent) et ça s'arrange avec les moyennes de ventes : un bien au juste prix se vend en 3 mois maxi, pas en 6.

    Bref, je comprend que ce notaire veuille ménager les vendeurs tout en poussant les acquéreurs à passer à l'acte mais il y a des limites, on ne peut pas raconter n'importe quoi pour pousser notre jeunesse à s'endetter jusqu'au cou pour faire les affaires des notaires.

    Acheteurs, suivez le seul point sur lequel le notaire ne raconte pas de bêtise, son dernier paragraphe : les prix baissent et vont encore baisser en 2013 sur l'agglo, c'est une évidence puisque les banques ont réduit leurs octroi de crédits de 20 à 30% , mêmes les notaires sont obligés de l'avouer.

    => donc attendez avant d'acheter, car chaque mois qui passe, même en payant en loyer, ce sont des milliers d'€ économisés au bout du compte (économie sur le prix d'achat+ économie sur les intérêts de l'emprunt puisqu'il y a moins à emprunter + économie sur les frais de notaire et tous les frais associés à l'achat puisqu'ils sont proportionnels au prix d'achat, etc...).
    Faites des tests sur les simulateurs location/achat (tapez "simulateur location achat" sur google, il y en a plusieurs) et voyez ce que peut vous faire gagner une année d'attente si les prix baissent de 5 ou 10% (ce qui est parfaitement envisageable)

    Surtout : n'écoutez jamais les conseils de quelqu'un qui a un intérêt financier à vous conseiller..

    Très déçu par Coté Caen pour le coup.
  3. Didier
    23 janvier 2013 17:47
    "Mieux vaut des taux bas que des prix bas ?" Ah et en quel honneur ?

    En lisant ce message qui doit être dicté par un membre du lobby immobilier (notaire, agent immobilier, marchand de bien... Rayez la mention inutile) on croit rêver. La bulle immobilière française est encore très présente en province en général et à Caen en particulier. Dans les années à venir une baisse de plus de 20% est très probable.

    Les conseilleurs ne sont pas les payeurs.