Miss Ming. Artiste laissée sur le carreau, sacré numéro

29/06/2011 à 09:44 par Briac Trébert

Miss, vous nous offrez votre poésie dans Déferlente. Pouvez-vous nous en dire plus pour encourager le public à aller découvrir votre univers ?
Déferlente est un projet collectif. Je l’ai écrit mais comme je suis, juste une bricoleuse de la vie, je voulais être entourée par des personnes compétentes et en même temps qui possèdent une poésie humaine. J’ai donc fait appel à Winifrey Bandera Guzman et à Zoé Delépine, chacune a un univers bien spécifique. C‘est surtout beaucoup de rencontres, tout d’abord avec Baptiste et Jean-Baptiste de TéléScop, Leïleï, Axelle Boudet, Elodie Goudé, puis avec Benoit Delépine, Gustave Kervern et Yann Lequellec pour la production. Ils ont tous apporté leur générosité au projet. Notre film est d’ordre artistique avec une imagerie poétique qui parle d’une personne différente vivant dans une société peuplée d’insectes. Elle doit se confronter à des rejets et puis se relever. L’univers qui en découle est vraiment particulier mais possède des caractéristiques humaines.


Avez-vous d’autres films en projet ?
Je suis en train de plumer un scénario pour un ami réalisateur, Stéphane Brachet, pour le remercier de ce qu’il fait pour les personnes handicapées. Je continue de faire des animations différentes. Et puis, un projet de long-métrage… Il n’y a pas que des films, il y a aussi des chansons et des écrits car ce que j’aime c’est offrir de l’amour aux gens car ils en ont besoin.

Parlez-nous un peu de la SPAA dont vous êtes l’instigatrice, la marraine, la muse…
La SPAA (Société Protectrice des Artistes Abandonnés) est une association à but non lucratif dans le but est d’adopter des artistes laissés sur le carreau. Le slogan : artiste laissée sur le carreau, sacré numéro. J’ai imaginé le logo et c’est Félix, ancien dessinateur de Siné Hebdo qui l’a dessiné. La SPAA a été crée par Lizzy Popolini et c’est elle qui décide d’adopter oui ou non les artistes ou les grolandais qui ont perdu les 1 000 points de leur identité. Elle m’a engagée comme porte-parole et je peux lui proposer des projets comme le premier s’appelant Farfelades au nombre de 100 exemplaires, c’est Baby J alias Jordan Mangon qui a fait les illustrations, parti rejoindre l’étoile la plus brillante le 15 octobre 2008, à 14h35. Il est infographiste et il a des trésors d’inventions encore. Les autres projets en route sont de finaliser Déferlente et d’écrire un ouvrage pour remercier toute l’équipe de Groland de m’avoir reconnue officieusement ambassadrice virtuelle du groland. Le site de la SPAA : cliquez ici








Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne gratuitement

Votre journal cette semaine